Communication et Démocratie dans l’espace méditerranéen
COLLOQUE ORGANISE A BEYROUTH DU 28 AU 30 NOVEMBRE 2019

Le R.T.R.C. (Réseau transméditerranéen de recherche en communication) organise, du 28 au 30 novembre 2019, un colloque de recherches et d’échanges sur l’espace méditerranéen et les identités politiques, culturelles et sociales qui le structurent et le parcourent de significations et de représentations. Inscrit dans le champ des sciences de l’information et de la communication, ce colloque entend adopter une approche fondamentalement transdisciplinaire, associant les sciences de l’information et de la communication, l’ensemble des sciences politiques et des sciences sociales, tout en questionnant également l’esthétique et les représentations, les littératures et les sciences du langage.

Constituant, sans doute depuis toujours, un espace d’échanges et de communication, l’espace méditerranéen sera interrogé dans une perspective à la fois historiqueet contemporaine, dans le projet de faire apparaître les homogénéités et les différences qui le structurent comme un espace d’identités culturelles et politiques. Ces dernières s’expriment par des langues et des discours, médiatisés ou non, par des cultures et des logiques inconscientes, par des pouvoirs, des unions et des confrontations, qui se manifestent aussi bien dans des échanges que dans des conflits. Le rapport a la démocratie reste l’angle principal de cet exercice.

Les échanges et les relations de communication, les processus de production et dediffusion de l’information et des représentations jouent un rôle essentiel dans l’élaboration desidentités et, au-delà, des systèmes politiques qui fondent l’espace méditerranéen et qui structurent son histoire comme son présent. Le colloque donnera une place particulière à l’analyse des médias et des discours, de la liberté d’expression, l’histoire des idées qui ont construit un regard critique sur les logiques des cultures méditerranéennes, comme l’a fait, en particulier, Fernand Braudel. Mais il s’agira aussi de questionner les flux qui auront construit leséchanges par lesquels cet espace méditerranéen se sera façonné : les flux d’information et decommunication, le pluriculturel et le plurilinguisme, l’élaborations de logiques esthétiques à la fois communes et différentes.

Les sciences de l’information et de la communication constituent, en ce sens, un champ particulièrement important des identités méditerranéennes et de leurs significations. Les S.I.C. orienteront les communications, notamment, sur quatre plans. D’abord, et de façon privilégiée, une lecture critique des médias et de l’information sera privilégiée comme approche des cultures méditerranéennes. Par ailleurs, une question majeure sera abordée, à la fois dans l’histoire et, de façon comparative, dans le présent : quelles sont les spécificités de l’espace méditerranéen et des cultures des pays méditerranéens dans les médias et les institutions de l’information ? Un troisième angle issu des S.I.C. sera celui de la traduction, des échanges etdes adaptations des médias et de l’information entre les différents pays de l’espaceméditerranéen. Enfin, la ville constitue un espace majeur des cultures méditerranéennes : quelles sont les relations entre les cultures urbaines et les médias dans ces cultures et quelleplace y occupent les acteurs de l’information et de la communication ?

Dans l’histoire, l’espace méditerranéen aura été façonné, structuré, par des logiquesque l’on peut désigner comme des logiques d’empire. Qu’il s’agisse, dans l’Antiquité, de la culture grecque et de la culture hellénistique ou de l’empire romain, ou, plus près de nous, de l’empire ottoman, ces structures politiques et culturelles ont consisté une sorte d’extension desdimensions de l’État-nation. Mais ces logiques d’empire auront été recomposées, à l’époquemoderne et contemporaine, par la colonisation, puis par la décolonisation. Le colloques’interrogera sur les significations que se seront vues reconnaître les identités politiques issuesde ces empires et de leur remise en question. Mais il conviendra aussi de s’interroger sur laplace dans les médias et les discours d’un autre conflit, à la fois politique et culturel, celui lié à la montée en puissance du radicalisme et des extrémismes en tous genres, ce qui a abouti àl’émergence de nouveaux paradigmes socio-culturels ouvrant la voie à la recomposition des identités politiques méditerranéennes.

On peut remarquer, par ailleurs, que cet espace méditerranéen s’est construit surune double opposition qui donne une signification aux flux et aux identités qui le structurent :l’articulation entre le Nord et le Sud à travers la Méditerranée, cette opposition ayant par ailleursune dimension mondiale, et l’articulation entre l’Est et l’Ouest, qui, dans l’espace méditerranéen aura toujours eu une dimension politique et culturelle, faite d’espaces de pouvoirs et d’espaces de culture, de religions et de représentations. Les identités méditerranéennes seront questionnées à travers la figure de l’indépendance qui aura été présentedans la réflexion et l’information sur les identités nationales dans l’espace méditerranéen. Lecolloque apportera sa contribution à la définition de cette figure politique de l’indépendance et de la liberté d’expression qui en résulte.

On peut lire les cultures méditerranéennes, médiations symboliques d’appartenances et d’identités, dans un grand nombre de thématiques qui seront des domaines de lecture critique interrogés au cours du colloque. On en relèvera ici un certain nombre, particulièrement présentes aujourd’hui, sans, bien sûr, qu’il s’agisse d’une liste limitative : la place de la mer dans les cultures méditerranéennes, les guerres et les conflits dans la construction et la représentation des démocraties, les logiques à la fois communes et différentes qui construisent l’esthétique, le jeu, les arts du spectacle, les différentes conceptions de la communication et de l’information dans des configuration socio-politiques toujours différentes d’un territoire à l’autre. Tout comme les nouveaux enjeux liés au secteur de l’énergie.

En effet, les démocraties ou identités politiques méditerranéennes sont aussi, comme toutes les identités, des médiations, c’est-à-dire des logiques qui articulent une dimension singulière, ancrée dans les identités psychiques, et une dimension collective, déployée à travers les logiques d’appartenance et de sociabilité. Le colloque questionnera ces relations entre le singulier et le collectif dans la perspective d’une anthropologie méditerranéenne, liée à des logiques de tribus, de religions, de familles politique, propres aux cultures de la Méditerranée avec, en arrière-plan, la place constitutionnelle des « minorités » au sein des démocraties. Dans cette perspective, le colloque donnera une place importante à la question des impensés, des non-dits, des censures, qui, par la mise en œuvre de logiques particulières de pouvoir, structurent l’information et la communication dans la Méditerranée.

Ce colloque se construira autour de 3 axes principaux :

1. Démocratie, médias & libertés
2. Diversité, Identités Sociales & Politiques
3. Radicalisme, Flux & Médiations culturelles